Publié le

Construire son BB-8 de A à Z – Partie 4: La peinture

Maintenant que nous avons assemblé les différentes parties de notre dôme nous pourrions très facilement être tentés de les fixer définitivement mais cela n’aurait pas beaucoup de sens, vu qu’il faudrait tout démonter pour passer à l’étape de la peinture. Prenons donc notre mal en patience et voyons comment éviter de perdre du temps dans des étapes longues et laborieuses comme le ponçage de nos pièces imprimées en 3D. Pour rappel, le guide d’assemblage fourni par le Club suggère de se munir d’une ponceuse circulaire pour obtenir un dôme bien lisse et d’appliquer ensuite quelques couches de peinture de préparation.

Qu’à cela ne tienne, nous avons récupéré notre premier panneau du dôme qui contenait pas mal d’imperfections et avons procédé à quelques tests pour voir s’il était vraiment utile de poncer le PLA avant d’appliquer notre peinture ou si un mastic en spray pouvait gommer les différentes imperfections comme les rayures entre les différentes couches d’impression.

 

DSC_0067

 

Nous avons donc utilisé un mastic en aérosol de chez Leroy Merlin (vendu à 9.65 € l’aérosol de 400 ml) que nous avons appliqué en 3 couches assez grossières avec un petit temps de séchage entre chacune d’elle. Ensuite nous avons poncé le panneau avec une feuille abrasive à gros grain (180) et avons appliqué 2 nouvelles couches de mastic. Après séchage nous avons à nouveau poncé avec une feuille à grain moyen (240) pour finalement repasser une dernière couche de mastic. L’idée étant de poncer une dernière fois avec une feuille abrasive à grain très fin (feuille de finition de 120) avant d’appliquer notre première couche de peinture blanche. Je vous laisse juger par vous même du résultat avant le dernier ponçage.

 

DSC_0063

 

Personnellement, je pense que le résultat est assez convainquant sachant que quelques couches de peinture doivent encore venir par dessus 😉

 

DSC_0061

 

Il ne nous reste donc plus qu’à reproduire ce procédé sur l’entièreté des pièces de notre dôme.

 

DSC_0124
DSC_0122
DSC_0128

 

Voilà ce que cela donne avec les différents éléments dans leurs inserts.

DSC_0132

 

A ce stade-ci je vous invite à vous pencher d’un peu plus près sur les différentes rayures du dôme ainsi que sur les petits détails qui demandent une retouche car une fois que vous aurez appliqué votre peinture les retouches seront beaucoup plus compliquées à faire. Pour votre information, nous avons utilisé à peu près tous les outils possibles et imaginables pour essayer de corriger un maximum les petits défauts à droite et à gauche. Gardez tout de même en tête que certains de ces détails seront masqués par la peinture et que l’étape finale de « sallissage » (weathering en anglais) fera ressortir vos lignes de manière bien nettes 😉

Place maintenant à la mise en couleur de notre BB-8. Trouvez la bonne teinte n’est pas réellement compliqué à partir du moment où vous vous tenez bien informé de ce qu’il se passe dans le forum du Club. Après, il s’agit essentiellement de trouver le revendeur le plus proche qui dispose de toutes les couleurs en stock et d’essayez de diminuer le prix au maximum. Pour notre part nous avons porté notre choix sur la marque Montana. D’une part parce qu’il s’agit d’une marque Allemande et d’autre part parce que leur catalogue est très très complet. Les graffeurs en tout genre connaissent probablement cette marque et sa réputation n’est plus à faire pour un prix très correct qui tourne à environ 4 € l’aérosol sur le net.

DSC_0232

 

Comme vous pouvez le constater, nous en avons pris plusieurs de la même teinte (surtout le blanc) pour une fois de plus continuer à martyriser notre pièce de torture et faire notre choix final.

 

DSC_0236

 

Pas trop de questions à se poser pour le gris qui correspond très bien à nos attentes, il s’agit du Montana White « Silver ». Pour l’orange nous sommes partis sur le Montana Gold « Scampi » et le blanc sera le Montana White-Out. Vous remarquerez également sur la photo d’ensemble que nous avons opté pour un vernis matte et non un vernis brillant mais ça… c’est juste une question de goût ^^

De retour à l’arrière de notre boutique pour une petite session de peinture… enfin 🙂

 

DSC_0243

 

Le blanc n’est pas très compliqué à appliquer vu qu’il faut en mettre partout (excepté sur l’anneau qui sera gris)…

DSC_0238
DSC_0242
DSC_0240

 

Place maintenant à la partie un peu plus « prise de tête » qui consiste à appliquer du tape de masquage sur les parties qui doivent rester blanche. Pour ce faire nous avons commencé par une petite pièce, histoire de se faire la main et de valider le bon choix du tape en question et de la technique en général.

DSC_0244

 

Nous en avons bien entendu profiter pour passer quelques couches de gris sur l’anneau mais comme vous pouvez le constater, le résultat est assez sympa.

 

DSC_0250
DSC_0251
DSC_0249

 

Place maintenant à notre orange « Scampi » qui lui par contre va nécessiter un bon bout de temps de préparation pour appliquer le tape de masquage et le papier journal. Notez que vous pouvez tout à fait utiliser du papier de journal sans l’image de Star Wars mais parfois le hasard fait bien les choses 😀

 

DSC_0247
DSC_0246
DSC_0252

 

Retirer le tape de masquage et le journal se fait assez facilement mais pensez à bien laisser sécher votre peinture au risque de devoir tout recommencer. En ce qui nous concerne nous avons appliqué la peinture un samedi pour ne retirer le tape que le lundi soir… Oui je reconnais que je ne pensais qu’à ça le dimanche…

 

DSC_0256

 

Finalement le résultat n’est pas trop mal…

DSC_0258
DSC_0257
DSC_0259

 

Et parce qu’on aime bien les photos d’ensemble, voici ce que cela donne…

 

DSC_0262

 

Il ne nous reste plus qu’à nous occuper du rond noir autour de l’oeil. Pour se faire on prend les mêmes et on recommence mais cette fois-ci on y va au pinceau.

 

DSC_0263
DSC_0269

 

Il nous reste encore à assembler le plateau interne du dôme ainsi que l’antenne flexible et bien entendu, les petits aimants qui fixeront le chapeau du dôme. Rien de bien compliqué pour le plateau interne vu qu’il ne s’agit que de quelques vis et boulons de type M3 x 12 mm…

 

DSC_0070

 

Pour l’antenne flexible nous avons coupé 15 cm dans un morceau de métal de 2 mm de diamètre. Vous trouverez assez facilement cette tige dans n’importe quel magasin de bricolage ou de modélisme ou comme nous, dans un recoin de votre atelier par hasard ^^

 

WP_20160416_14_15_56_Pro

 

Les aimants par contre demandent un peu plus de travail mais une fois la technique trouvée, c’est un jeu d’enfant.

 

DSC_0279

 

Comme vous pouvez le constater ci-dessus, nos aimants proviennent de chez « SuperMagnete » en Allemagne. Ils s’agit d’aimants rond de 3 mm de diamètre, 1 mm de haut et une magnétisation de force N48 comme préconisé par le Club. Il seront fixés à l’aide de colle de type Super Glue, la lime étant disponible pour affûter l’emplacement au cas où…

Faites très attention au sens de montage des aimants. Je ne vais pas vous faire de leçon sur la magnétisme mais si vous les montez à l’envers, la force les éloignera l’un de l’autre. Pour éviter ce genre de mésaventure nous avons tout simplement fixé les aimants par « bloc » comme illustré ci-dessous.

 

DSC_0276

 

Un point de colle forte, on insert le bloc et on retire les aimants supérieurs pour laisser celui du bas se fixer tranquillement…

 

DSC_0277

 

Répéter l’opération sur le chapeau du dôme et le tour est joué 😉

 

DSC_0275

 

Pour clôturer la partie « Peinture » il reste à s’occuper de la touche finale, à savoir le « weathering » qui consiste à salir le dôme et lui donner son look final de grands baroudeurs du désert mais nous allons garder cette étape pour notre tout dernier billet c’est à dire quand notre BB-8 sera entièrement terminé histoire de garder les mêmes proportions dans nos différents mélanges.

Dans notre prochain article nous détaillerons finalement la partie électronique du dôme qui consiste à lui ajouter les leds et lui donner enfin la parole.

Affaire à suivre 😉

Publié le

Construire son BB-8 de A à Z – Partie 3: Assemblage du dôme

Dans notre article précédent, nous avons passé en revue l’impression en 3D des pièces du dôme qui, en fin de compte, est probablement la partie la plus facile à gérer. L’essentiel étant de maîtriser sa calibration et d’enchaîner les impressions en se référant aux différents guides disponibles sur le Dropbox du groupe. L’assemblage quant à lui, est un peu plus délicat car même si un guide est également disponible, certaines pièces ne se trouvent pas aussi facilement en Europe ce qui nous oblige à soit se creuser les méninges pour trouver des alternatives, soit tester différents produits tout en tenant compte de la conversion des métriques US en format EU, et dans le pire des cas, commander des pièces directement aux USA via un tiers de confiance … pas toujours aussi simple que cela comme vous le constaterez au fur et à mesure de l’avancement du projet… Qu’à cela ne tienne, nous n’allons pas nous contenter d’un BB-8 brut de coffrage donc autant faire jouer la communauté qui, après tout, sert aussi à ça 😉

Bien que le guide conseille de commencer par la base du dôme et de monter au fur et à mesure, il n’y a pas vraiment d’ordre dans tout ça. Libre à vous de commencer par la partie que vous maîtrisez le mieux ou par celle dont vous avez tout l’équipement nécessaire en essayant bien entendu de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. En ce qui nous concerne nous avons commencé par nous mettre à la recherche de la colle idéale pour assembler les différents panneaux du dôme ainsi que la base de celui-ci. En toute logique, le premier réflexe consiste à miser sur la Super Glue, en gel ou liquide, mais à bien y réfléchir et en voyant surtout le prix de cette colle pour les quelques grammes disponibles on se demande directement s’il n’y a pas un meilleur choix à faire. Après en avoir parlé autour de nous, c’est notre ami Fred qui nous parle de la colle pour tuyau PVC qu’il a utilisé avec succès sur son dôme. Ni une ni deux, nous voilà partis chez Leroy Merlin pour voir ce qu’ils proposent. Alors autant le préciser tout de suite, nous n’avons aucun avantage à citer une marque ou l’autre, que ce soit Leroy Merlin, Castorama, Brico pour mes confrères Belges ou autres… libre à vous de trouver ce qui vous convient le mieux dans votre magasin préféré 😉

Bon. Trêve de bavardage, c’est parti pour l’assemblage de ce qu’on appelle le « skirt », la jupe si vous préférez. Cette pièce est la base du dôme et est composée de 3 parties presque identiques qui s’emboîtent les unes dans les autres.

Le « Skirt »

DSC_0036

 

Pour fixer ces pièces nous avons donc utilisé notre colle pour PVC qui est munie d’un pinceau fixé directement sur le couvercle. Pour appliquer cette colle, il faut donc badigeonner les 2 extrémités de nos pièces, laisser reposer une petite minute et ensuite emboîter les 2 pièces en exerçant une bonne pression pendant une dizaine de secondes.

DSC_0043

 

Attention, bien que les 3 parties du skirt soient presque identiques il y a tout de même un ordre à respecter. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, prenez soin que les 2 extrusions les plus hautes soient l’une en face de l’autre.

DSC_0047

 

Un dernier point d’attention concernant le skirt, assurez-vous de le poser lorsque la colle PVC a déjà bien pris. En effet, lorsque vous pressez les pièces les unes contre les autres vous aurez inévitablement un petit « bourlet » de colle donc prenez soin de l’enlever avant qu’elle ne soit complètement sèche et de poser le skirt complet sur votre plan de travail sans qu’il ne colle à celui-ci…

DSC_0048

 

Le « Ring »

Il ne vous reste plus qu’à répéter le même processus pour le « ring » qui lui, n’a pas de sens précis pour le montage.

DSC_0068

 

Il est à présent temps de s’occuper des nombreux trous qui serviront à fixer toutes les pièces ensemble. Munissez-vous d’une visseuse avec une mèche de 3mm et passez au travers de tous les trous du ring et des panneaux. Comme vous pouvez le constater sur l’image ci-dessus, j’ai procédé à cette étape avant de coller les 3 pièces du « ring » mais cela n’a pas vraiment d’importance 😉

DSC_0052

Les panneaux (Dome panel)

Munissez-vous maintenant de votre visseuse avec une mèche de 2mm. Celle-ci sert à s’assurer que les trous de fixation latéraux des panneaux soient bien propres pour pouvoir y insérer un petit morceau de filament comme illustré ci-dessous.

DSC_0054

 

Avant des les assembler définitivement, mettez une petite pointe de colle Super Glue dans les trous des panneaux. Une fois la Super Glue dans les trous, placez vos petits morceaux de filament et laisser sécher une petite minute.

DSC_0055

 

Au final vous n’avez qu’à vous occuper d’un des côtés des panneaux comme illustré ci-dessous.

DSC_0073

 

Il ne vous reste plus qu’à étaler votre colle PVC sur les arrêtes des panneaux (y compris la base), pressez fortement quelques secondes et laissez sécher une bonne heure histoire d’être certain que la colle prenne bien.

DSC_0075

 

Ne cherchez pas spécialement à avoir une jonction parfaite, c’est toujours mieux si vous y arrivez mais parfois vos pièces peuvent se déformer légèrement après l’impression laissant un petit jour à certains endroits. La prochaine étape consistera à y passer de l’enduit de masquage (du mastic) pour lisser complètement vos différentes jonctions.

DSC_0078

 

Le « Radar Eye »

Le « Radar Eye » est l’oeil principal de BB-8, il est constitué des fichiers « Radar Eye Surround » et « Radar Internal » comme illustré à gauche sur la photo ci-dessous. A cela, vous devrez vous procurer le petit dôme qui servira à fermer la pièce et imprimer un guide de découpe (fourni dans le Dropbox partagé).

DSC_0089

 

Notre lentille provient de chez Cultura et est vendue soit à l’unité (1€ pièce) soit en pack de 12 à 7€. Celles vendues à l’unité ne sont pas vraiment bien emballée et sont souvent rayées donc privilégiez un pack de 12. Ces demies sphères font 70 mm de diamètre. Or, pour qu’elle puisse rentrer dans la base elle doit faire 68mm, d’où l’impression du guide de découpe illustré ci-dessus en blanc. Nous l’avons simplement placé sur la demi sphère (attention au parallélisme) et fixé avec un petit point de Super Glue, le temps de faire un trait au marqueur noir en dessous du guide comme illustré ci-dessous.

DSC_0090

 

Il ne vous reste plus qu’à sortir votre scie ou votre Dremel si vous en avez une sous la main pour couper la demie sphère en suivant la ligne. Passez tout de même un coup de ponceuse pour enlever les bavures sur votre demie sphère. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, les bavures sont nombreuses et sont dues à la vitesse de rotation de votre Dremel qui fait fondre le plastique. Pas la peine de le faire sur la base restante (voir photo ci-dessous), mais j’ai été un peu vite en prenant mes photos ^^

DSC_0094

 

Et voilà le travail pour le « Radar Eye ». Vous pouvez faire un test de positionnement mais ne fixez pas encore la lentille définitivement sur la base car vous aurez probablement besoin de l’enlever pour y placer vos leds plus tard.

DSC_0091

 

Lissage des différentes jonctions

A ce stade ci, toutes vos pièces collées sont probablement bien sèches, il est donc temps d’appliquer votre mastic de finition pour rendre tout cela transparent. Notre mastic de finition provient à nouveau de chez Leroy Merlin. Il est vendu en pot de 450gr et contient un petit tube de durcisseur qu’il faudra mélanger avec le mastic. Comptez environ 2cm de durcisseur (à la sortie du tube) pour une centaine de gramme de mastic. N’essayez surtout pas de mettre le mastic sans durcisseur en misant sur un long temps de sèche pour qu’il durcisse car vous risquez d’attendre longtemps et inversement, ne mettez pas trop de durcisseur non plus au risque de ne pas avoir le temps de l’appliquer partout 😉

DSC_0080

 

Nous en avons placé sur l’extérieur du « Skirt »…

DSC_0086

 

Ainsi que sur l’intérieur…DSC_0087

 

Sur l’extérieur du « Ring »…DSC_0085

 

Sur l’intérieur des panneaux (optionnel car au final on ne verra pas beaucoup cette partie)…

DSC_0083

 

Et, bien entendu, sur l’extérieur des panneaux.

DSC_0082

DSC_0081

 

Laissez sécher environ une bonne demi-heure (en fonction de la quantité de durcisseur utilisé) et poncez à l’aide d’une feuille abrasive à grain fin (120 en ce qui nous concerne). Comme vous pouvez le constater, nous avons utilisé une cale à poncer en mousse avec deux parties distinctes pour le ponçage. La première moitié est relativement molle pour bien épouser les formes arrondies tandis que la seconde moitié est dure pour avoir des arrêtes bien nettes.

DSC_0100

DSC_0097

 

Juste pour votre information, notez que vous voyez encore un peu les lignes des jonctions ce qui est normal, le but ici est d’avoir une surface bien lisse et non pas de recouvrir les imperfections. Nous nous occuperons de ça lorsque nous appliquerons le mastic en spray pour préparer le dôme à la peinture 😉

DSC_0096

 

Répétez cette opération sur le « Skirt » et le « Ring » bien entendu.

DSC_0095

Le haut du dôme

La partie supérieure du dôme est constituée du « Top » ainsi que des 2 « Pie panel ». L’assemblage de ces 3 pièces se fait de la même manière que les panneaux du dôme. Il s’agit donc de passer un petit coup de visseuse munie d’une mèche de 2mm, de coller un morceau de filament dans les trous latéraux des « Pie Panel »…

DSC_0057

 

Et d’ensuite coller le tout avec la colle PVC.

DSC_0077

 

Il n’y a pas réellement de sens pour fixer le haut du dôme (la pièce centrale blanche) mais assurez-vous de bien assembler les « Pie Panel » en suivant les petits guides qui y sont imprimés (excroissance sur la pièce blanche et encoches sur les parties grises).

DSC_0076

 

Le « Holo »

Le « Holo » est la pièce par laquelle BB-8 projette une image. Elle est composée d’une pièce imprimée, le « Holo » et d’un petit dôme bleuté. Il n’y a pas grand chose à dire sur cette partie si ce n’est que le petit dôme (la lentille si vous préférez) est une pièce faite par procédé de moulage par Michael Erwin, un des fondateurs du groupe US. Vous pouvez simplement poster une photo de votre pièce imprimée sur le groupe Facebook US et Michael vous enverra une lentille. Sachez que vous pouvez également vous la procurer en achetant le SWAG Kit dans lequel elle est souvent incluse. Pour le moment, ne collez pas encore les deux pièces ensemble car là aussi, il y aura une petite led à intégrer.

DSC_0098

 

Le « PSI »

Le « PSI » se situe juste en dessous de l’oeil. Il est composé de deux pièces, le « housing » (ou la base) et l’anneau blanc qui vient se loger dans l’encoche prévue à cet effet. Sur la photo ci-dessous nous avons imprimé les deux pièces mais sachez que l’anneau est optionnel car le guide de montage du Club dit que le résultat sera meilleur si on applique un peu de peinture blanche dans l’encoche. Pour le moment nous l’avons donc juste posé dessus et nous verrons plus tard si on la peint ou si on colle l’anneau imprimé.

DSC_0099

Dans la suite de nos articles nous passerons sur la partie « visserie » pour fixer le dôme ainsi que sur le montage du DMM et de tout l’intérieur du dôme.

Bon montage à tous 😉

 

Publié le

Construire son BB-8 de A à Z – Partie 2: L’impression 3D du dôme

[note style= » » bg= » » border= » » bordercolor= »{{bordercolor}} » color= » »] Avant d’entrer dans le vif du sujet, notez bien que l’ensemble des pièces est encore en version Beta. Le film venant à peine de sortir nous découvrons à peine certaines fonctionnalités qui n’étaient pas visibles lors de la présentation de BB-8 en Californie 😉 [/note]

La première chose à prendre en considération avant de commencer à imprimer son dôme est bien entendu le choix de l’imprimante 3D que nous allons utiliser qui dépendra en grande partie de la taille de son plateau d’impression. Le dôme est un assemblage d’une trentaine de pièces dont les plus grandes nécessitent une surface d’impression de 22,5 x 14,5 x 15 cms. Il est découpé en 3 parties mais une variante en 4 parties existe pour ceux qui auraient une surface d’impression légèrement plus petite. Faites tout de même attention si vous optez pour la version en 4 parties car les dimensions citées plus haut sont celles de références utilisées par la plupart des membres du club et les pièces du corps de BB-8 sont également faites sur ces bases.

Tip: Pour les nombreux possesseurs d’imprimantes 3D avec une surface d’impression de 20 x 20 x 20 cms, vous pouvez imprimer le dôme en 3 parties en tournant légèrement les pièces pour profiter de la diagonale du plateau d’impression 😉

Choix de l’imprimante 3D

Comme tout le monde le sait aujourd’hui, l’impression 3D peut prendre pas mal de temps, certaines pièces du dôme nécessitent plus de 15 heures d’impression donc il est nécessaire d’avoir une imprimante 3D fiable et régulière. Notre choix s’est tout naturellement porté sur la Printrbot Simple avec plateau chauffant. Sa surface d’impression étant limité à 15 x 15 x 15 cm nous y avons ajouté un petit upgrade sur l’axe du X portant la surface à 25 x 15 x 15 ce qui correspond tout à fait aux recommandations du Club.

Notez que nous allons imprimer toutes nos pièces en PLA donc le plateau chauffant est tout à fait optionnel dans notre cas. Nous avons également remplacé la buse en céramique par une buse tout en métal (Ubis 13) et remplacé l’extruder par la version premium pour s’assurer un débit constant et un bon grip au niveau du filament. Il n’est, bien entendu, pas absolument nécessaire de remplacer ces pièces mais nous voulions nous assurer d’une très bonne qualité d’impression pour minimiser au maximum le processus de ponçage qui s’annonce assez fastidieux sur ce genre de projet.

5

Choix du consommable

Le choix du type de filament est tout à fait personnel. La majorité des membres utilisent du PLA pour sa facilité d’impression mais si vous avez l’habitude d’utiliser de l’ABS, libre à vous. N’oubliez pas que l’entièreté des pièces seront poncées et peintes. Je précise car nous avons vu passer des impressions en filament phosphorescent ce qui n’a pas grand intérêt dans le cas du BB-8…

Le choix des couleurs est également libre car une fois de plus tout sera peint. Nous avons choisi du blanc et du gris histoire de se rapprocher de son look final mais vous pouvez bien entendu tout faire en blanc ou vider vos fonds de placards pour économiser quelques euros. Notez que l’entièreté du dôme nécessite un peu moins de 2 kg de filaments.

Le dernier point à relever concerne la marque de votre filament. Vu la longueur de certaines impressions, assurez-vous d’utiliser un filament de qualité car il n’y a rien de plus frustrant que de découvrir son print raté le lendemain matin pour une histoire de filament mal embobiné, irrégulier en terme de diamètre ou tout simplement parce que votre filament s’est cassé en plein milieu de la nuit. Nous en avons déjà testé un bon « paquet » et nous avons finalement opté pour le filament de chez Arianeplast en 1,75 mm qui a été à la hauteur de nos attentes du début à la fin que ce soit en terme de régularité, de conditionnement et bien entendu pour ses propriétés et sa bonne adhésion au plateau d’impression.

Pour les puristes nous avons imprimé à 200° avec un plateau à 60° nettoyé avec un peu d’acétone avant chaque impression. Comme vous pouvez le constater ci-dessous, aucun soucis de décollement 😉

9

 

Choix du logiciel

Comme vous le savez peut-être, le choix du logiciel dépend souvent de votre marque d’imprimante 3D. Printrbot étant Open Source, vous avez le choix entre Repetier et Cura qui sont préconisés par le constructeur. Il en existe bien entendu d’autres comme ces bons vieux Pronterface ou MatterControl qui sont également gratuits et puis d’autres, payants, comme Simplify3D (environ 150 €). Si vous lisez bien attentivement la FAQ du BB-8 Builders Club US vous aurez compris que c’est ce dernier qui est préconisé car il apporte des fonctionnalités très intéressantes comme la possibilité de gérer vos supports à votre guise. Il n’est certes pas parfait et d’autres logiciels gratuits permettent également de le faire comme MeshMixer mais si vous recherchez un logiciel qui combine la gestion des supports, le tranchage (slice en anglais) super rapide et la possibilité de configurer indépendamment plusieurs pièces pour les imprimer en une fois, Simplify3D est parfait.

10

Tip: Nous avons bénéficié d’un code de réduction de 15% via le groupe FB US qui avait négocier un achat en groupe. D’autres opportunités comme celles-ci apparaissent régulièrement sur le groupe US donc jetez-y un oeil de temps en temps, c’est toujours ça de pris 😉

Paramètres d’impression

Vu le post traitement assez lourd que nous réservons à nos pièces, il convient d’utiliser des paramètres d’impression adéquats qui diffèrent un peu de ce que l’on a l’habitude de voir ou d’entendre comme l’épaisseur de couche par exemple.

Alors que bons nombre de fabricants mettent en avant une épaisseur de couche de l’ordre de 50 microns (voir moins dans certains cas) ce paramètre est tout à fait futile dans ce projet car à part allonger de manière significative le temps d’impression, cela nous vous apportera rien. La hauteur de couche préconisée pour la majorité des pièces est de l’ordre de 200 microns mais en ce qui nous concerne nous sommes partis sur du 150 microns pour avoir un visuel plus sympathique. Nous avons donc « perdu » un peu de temps mais comme nous avons principalement imprimé la nuit cela ne s’est pas ressenti du tout.

Là où il faut faire attention, c’est principalement le nombre de shell qui est plus important que d’habitude. Pour rappel le « shell » est la traduction du mot « coquille », ce qui signifie en quelque sorte l’enveloppe de votre objet. Habituellement nous sommes aux environs de 3 shell pour la majorité de nos objets mais comme nous devons poncer notre dôme pour qu’il soit le plus lisse possible nous allons enlever pas mal de matière qu’il faut compenser par un shell plus important sous peine de passer à travers lors du ponçage et d’attaquer le remplissage de la pièce (infill).

Le nombre de shell idéal se situe donc entre 5 et 6 couches soit environ 1,2 mm d’épaisseur. Le remplissage quant à lui se situe entre 10 et 15% et la vitesse d’impression recommandée est de 50 mm/sec histoire d’assurer une meilleure finition. La majorité des imprimantes permettent une vitesse plus élevée et rien ne vous empêche d’accélérer tout ça bien entendu, n’oubliez pas qu’il s’agit de recommandations 😉

La seule pièce qui nécessite d’être imprimée en haute qualité est ce qu’on appelle le « Radar Eye Internal » car cette pièce est très détaillée et 200 microns est définitivement trop « grossier », passer à 100 microns ou moins si votre imprimante le permet. Dans notre cas nous avons imprimé cette pièce avec notre imprimante professionnelle à poudre histoire d’avoir une pièce parfaite teinté dans la masse.

7

Pour conclure cette partie « Impression 3D du dôme » voici quelques photos du résultat. Notez que le dôme a été monté  sans colle ni vis, nous avons juste déposé les pièces les unes sur les autres pour la photo. Dans notre prochain article nous passerons en revue l’assemblage « définitif » du dôme ainsi que toute la partie ponçage et préparation à la peinture.

Happy Printing!!!

 

dome_exploded

6

4

3

8

Publié le

Construire son BB-8 de A à Z – Partie 1: Introduction

Depuis quelques temps il semblerait que la planète Terre s’est arrêtée de tourner en attendant la sortie du dernier opus de Star Wars, The Force Awakens et, en grands fans que nous sommes, nous nous devions de participer d’une manière ou d’une autre à cet événement attendu par des millions de fans/geeks/cosplayers. Mais faire quoi exactement??? Les sabres laser ont déjà été faits et refaits, les R2D2 pullulent partout (ce qui ne veut pas dire qu’on ne le fera jamais ^^) et ma barbe à ses limites qui me force à oublier Chewbacca… alors quoi???

Ensuite, les premières infos ont commencé à débarquer sur la toile jusqu’à la publication de cette vidéo tournée lors de la « Star Wars Celebration » à Anaheim en Californie (tout de même plus de 2 millions de vues sur Youtube). La question ne se posait même plus, il nous fallait notre BB-8 à nous 😀

Nous nous sommes donc mis immédiatement à la recherche d’un maximum d’informations car il était bien entendu hors de question de nous contenter d’une version minimaliste voire même d’une énième adaptation d’un sphero non, il nous fallait la version à l’échelle 1:1, complètement mobile et pilotable à distance… Challenge accepted 😉

Après quelques heures à fouiner dans les moindres recoins de la toile nous sommes finalement tombés sur le groupe Facebook du « BB-8 Builders Club »  qui venait à peine de naître et qui avait exactement les mêmes ambitions que les nôtres. Une demande d’ajout plus tard (il s’agit d’un groupe fermé) nous voilà membres du groupe créé par Michael Erwin et quelques autres passionnés. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas le fonctionnement de ce genre de groupe, sachez que le but ultime est de fabriquer une réplique exacte du droid à l’échelle 1:1, complètement fonctionnel et en utilisant toutes les techniques modernes pour y parvenir. Et le moins que l’on puisse dire c’est que tout y passe, impression 3D, moulage, électronique, programmation, peinture à l’aérographe bref toute la panoplie du Maker digne de ce nom.

Sachez qu’il existe tout de même des règles à respecter car vous devez vous en douter, il y a des droits d’auteurs sur tous les personnages de Star Wars et on ne peut bien entendu pas faire tout ce que l’on veut. Les sociétés Walt Disney et Lucasfilm Ltd sont bien entendus au courant de l’existence du groupe et soutiennent l’initiative tant que les règles sont claires et respectées. En gros, il est interdit de se faire de l’argent sur leur produit donc ce n’est pas la peine de nous demander de vous en construire un et de vous le vendre car la réponse sera un non catégorique (ce serait hors de prix de toute façon). Par contre, tout le monde à le droit de construire sont propre BB-8 pour son usage personnel et il n’est bien entendu pas interdit de s’aider mutuellement pour le faire.

Les fichiers sont disponibles gratuitement sur le net (via le groupe FB) et si vous n’avez pas d’imprimante 3D à votre disposition vous pouvez faire appel a quelques membres du groupe qui ont été autorisé à fournir un service d’impression, comme Bulb Zone par exemple. Rien ne vous empêche de passer par un service comme 3DHubs bien entendu mais le prix demandé risque de vous refroidir assez vite vu le nombre d’heures d’impression nécessaires . A titre informatif, sachez que le dôme de BB-8 a été estimé à environ 400$ uniquement pour les pièces imprimées en 3D (environ 115 heures d’impression), sans aucun post traitement, sans peinture et sans électronique. Le corps quant à lui nécessite entre 400 et 450 heures supplémentaires, rien que pour l’impression des pièces…

dome_exploded

Dans notre prochain article nous parlerons plus en détail de l’impression 3D des différentes pièces du dôme avec un descriptif de la machine utilisée, les paramètres d’impressions ainsi qu’un maximum de photos. Nous avons pris le parti de ne pas en faire un tuto comme ceux que nous proposons sur le site car il s’agit, vous l’aurez compris, d’un projet très ambitieux qui évolue en permanence. Pour ceux et celles qui seraient intéressés par la construction de leur propre BB-8, sachez qu’il existe désormais un groupe Facebook en français pour partager vos photos, idées, créations et qu’un forum plus technique a également été créé par notre ami Fred dans lequel vous trouverez un maximum de liens pour vous procurer les pièces non imprimées en 3D sur notre continent. Et si vous êtes de passage au Luxembourg, n’hésitez pas à passer nous dire un petit bonjour dans nos ateliers, BB-8 vous y attend 😉

Happy Printing!!!